21h15, m’y voilà. Sac à dos prêt, appareil photo prêt, mec déter et organisé. Il faut savoir qu’entre l’endroit où tu gares ta voiture et le lieu du festival, t’as 10 minutes de marche. J’entends de loin le duo Synapson qui terminent leur set avec leur très bon remix de Joris Delacroix. Dommage. Ça commence déjà moyennement bien.
Lives au Pont du Gard

C’est beau, ma gueule.

Les Marseillais au Pont du Gard.

Une fois à l’entrée, petite fouille normale et première surprise : “Ouais mais monsieur, les appareils photos sont interdits”. Merde. Retour à la voiture, puis retour à l’entrée. Déjà 30 minutes que je suis arrivé et je n’ai toujours rien vu. Je rentre et là surprise, un écran est installé pour suivre le match. On joue la 45ème, et la foule, qui n’en a rien à foutre du festival, entonne des “Marseillais Marseillais MARSEILLAIIIIIIS”. On est à côté d’Avignon, l’équipe de France joue, certes, au Vélodrome, mais qu’est-ce que ça vient foutre là ? Bref, tu saisis le public ? Je m’arrête devant, aucun concert n’a débuté depuis que je suis arrivé. Main de Schweinsteiger, pénalty de Grizou, Neuer est battu, on se dirige vers la finale. Bon timing.
Le temps de tracer vers la buvette la tête baissée afin de ne ne croiser personne qui me connaîtrait, Fakear débute son live. Ayant sorti un album récemment, il enchaîne les nouveautés, les classiques et une exclu. Bon planage de la part du caennais. Je suis dedans, je suis bien, je suis nostalgique, je m’envole. Ambiance : 7/10. Puis mon ex se dévoile devant moi dans une de ses plus belles robes. Bon timing. Ambiance : Chelou/10.

JeJoueTuÉcoutesEtTuTeTaisSIlTePlaît.

Le duo Odesza a pris le relais, accompagné de deux trompettistes : LE concert que j’attendais. Malgré un souci technique, le show est sublime, mélangeant parfaitement l’image et le son. Les remixes de Something about you et Faded ont levé les uns, A Heartbreak a ému les autres. Soudain, la superbe IPlayYouListen, sans le piano du début se lance, assez chargée, et une exclu, d’une puissance à faire effondrer le pont du Gard, finalise le set. Le tout était beaucoup plus dansant que leurs morceaux version studio. Ambiance : 9/10.
Lives au Pont Odesza

Goooood times, good times, there’s gonna be good times ?

1h du matin, et Jamie XX s’approche et commence son set. Pas d’interaction avec le public, le mec est dans son monde. Mais quel monde : Drake, Idris Muhammad (dont on t’avait fait écouter sa version de la chanson avec Romy), Gil Scott-Heron (alors que je pensais que la chanson de Drake et Rihanna était complètement originale), The XX, Florence & The Machine… L’ambiance passe du disco à l’électro, à la pop, au hip-hop, en un claquement de vinyle. Le public réagit de manière assez bizarre. Dans le fond, on entend des “WESH C’EST D’LA MERDE”, quand devant la session disco fait son effet. Néanmoins, la performance est belle, éclectique et poétique. Mais quand même, on se fait chier tout seul. Ambiance : 7/10.
Lives au Pont Jamie xx
Et en plus, je n’ai plus de bière. Je me casse. On verra demain.
T’as rien compris à cet article parce que t’as pas vu l’article sur le contexte de ce festival ?
Enjoy…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.