Salut. Ça, c’est un petit article pour replacer le CONTEXTE des deux articles qui vont suivre. L’autre soir, Facebook s’est permis de me mettre un guide de la rubrique musicale de Vice, Noisey, pour aller à un concert tout seul. Je n’avais aucune autre conclusion que de penser que l’algorithme démoniaque de Facebook était capable de lire dans l’âme des gens et jouer avec leurs sentiments. Le couteau -> la plaie.

Non mais il y a Odesza, tout de même.

Car effectivement, j’avais un pass pour 2 soirs aux Lives au Pont (du Gard, à 40 minutes d’Avignon, le 7 et 8 Juillet), un chouette festival auquel je m’étais rendu l’année précédente, et dont j’avais un souvenir très positif (coucou Flume). Cette année, la programmation était plutôt au niveau : Gramatik, Birdy Nam Nam, Nekfeu, Para One, Fakear, Synapson, Set & Match, Naive New Beaters… et Odesza quoi ! De bonnes viiiiiibes, tu vois l’délire. Alors pourquoi ? Pourquoi j’y suis allé seul ? On ne va pas s’étendre sur le sujet : j’avais pris mes places assez tôt, et je devais être accompagné. Fin de l’histoire. On me disait : “Nan mais n’y va pas, c’est la meilleure solution, en plus y’a le match”. Sauf qu’Odesza quoi ! IPlayYouListen, le remix de Zhu, le remix de Porter Robinson, le remix de Pretty Lights, merde, des sons que je peux écouter en boucle. Odesza ! Telle la groupie des One Direction, j’étais déterminé, il fallait que j’y aille. Ce n’est pas parce qu’on m’avait planté que j’allais annuler, même si le coeur n’y était qu’à moitié. Ce doux mélange entre l’excitation et le flippe, un peu comme quand on t’amène pour la première fois dans une boîte échangiste. T’es content parce que tu vas niquer, mais t’es quand même pas hyper bien parce qu’on va niquer ta meuf. Bah voilà, c’est ce genre de sentiment. Car il faut savoir que je suis quelqu’un de très amical et sociable, mais dans un environnement que je connais, dans lequel j’ai l’habitude d’évoluer. Ou quand je suis accompagné de mes potes, sinon je suis sur la défensive imaginant que tout le monde me regarde en me pointant du doigt en criant comme un seul homme “LOL IL EST TOUT SEUL”. Là, j’allais être à poil dans un endroit que je n’ai vu qu’une fois dans ma vie. Moi, j’ai jamais chopé en boîte, par exemple, parce que j’ai toujours eu l’appréhension d’aller parler à quelqu’un que je ne connais pas. Alors que si c’est pour la déconne avec des potes, là je me fous à poil sur le bar.

Ça va, vous avez assez d’images pour comprendre le malaise ?

Donc quelques jours avant, Vice a sorti ce fameux article hi-la-rant pour t’aider à passer un bon concert solo. J’ai… quand même lu l’article, parce que voilà on ne sait jamais. Ce qu’il fallait en retenir : ne pas rester sur son portable, ne pas se bourrer la gueule, et ne pas faire attention au regards des autres parce qu’ils s’en branlent. OK. Noté.

Je ne serai pas sur mon téléphone parce que je sais que le réseau est pourri. Je ne pourrais pas me bourrer la gueule car mon AirBNB est à 45 minutes en caisse. Et le regard des autres, bon… on verra.

Jeudi 7 Juillet, 15h30, je pars de Lyon, Linkin Park au plus haut volume. Oui, avec ma voiture j’ai récupéré tous mes CDs d’ado qui traînaient chez mes parents. T-H-U-G Limp Bizkit et gel coloré or ma gueule. 16h15, je m’arrête à la première station essence que je croise sur l’autoroute.

“Do you speak English ?”

“Do you speak English ?

– Euh, a liteule bite.”

Je lève les yeux et j’aperçois une petite meuf, qui me regarde pleine d’espoir. Elle me raconte qu’elle participe à un concours dont le but est de partir de Flandres jusqu’à Barcelone, en allant de ville en ville chaque jour, avec un classement selon les temps d’arrivée. Un Pékin Express en quelque sorte, mais de Belgique. Ni une, ni deux, je me retrouve dans ma voiture avec 4 flamandes, chargées comme jamais. Je baisse un peu Linkin Park, j’avoue. Elles doivent aller à Avignon, je vais à Avignon, bon timing. Je commence à me dire que ce festival serait un bon trip vu le début radieux des aventures, un regain d’espoir apparaît.

Flamandes à Avignon

Je me suis coupé de la photo parce que j’étais édenté, borgne et surtout pas coiffé.

La suite ?

Live Pont du Gard – Soir 1

2 Réponses

  1. Tomme

    Vivement la suite, rien que pour la qualité des photos ! Très très belle vue du Palais des Papes …

    Répondre
    • Alex

      Eh bien, merci ! C’était assez involontaire, et vu le monde qu’il y avait sur Avignon pour le festival de théâtre, je ne me suis pas aventuré dans la découverte de la ville :/

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.