Salut mon chou ! Il n’y a pas longtemps, je te parlais des suites de films d’animation sortis d’on ne sait où… Aujourd’hui, je vais te parler d’Alice de l’Autre Côté du Miroir, dans les salles depuis le 1er juin, qui fait suite à la version de Tim Burton d’Alice au Pays des Merveilles. Dans cette suite Alice retourne dans le monde du Chapelier Fou et doit y combattre un ennemi de taille : le temps lui même. 

Une différence de taille

Lewis Caroll, l’auteur d’Alice au Pays des Merveilles, est aussi l’auteur du livre De l’Autre Côté du Miroir ! Donc c’est une suite originale imaginée par son auteur et non mise en scène pour faire plaisir à un public fanatique. J’ai lu les bouquins et franchement, la première version d’animation est à côté de la plaque en matière de suivi de l’histoire, mais bon, dans les classiques Disney, tout est toujours bien qui finit bien.

Sans titre-2

Le cerveau bien accroché

C’est le genre de film dont il ne faut pas perdre une miette, alors, surtout, tu vas bien faire pipi avant le début et par pitié ne grignote pas de popcorn pendant la séance, ça fait un bruit monstre et tu risques de passer à côté d’une information capitale ! S’il s’agit d’un film totalement fou, c’est aussi un scénario carrément philosophique ! Les thèmes principaux du film étant le temps et le réel. On se pose sans arrêt la question de savoir où Alice est réellement, si elle rêve ou si elle a vraiment traversé le miroir et rejoint le pays des merveilles.

En conclusion

Je me suis éclatée, j’ai retrouvé tous les personnages que j’aime dans le livre et dans le film. Je t’avoue que j’y suis allée il y a deux jours et que je me tâte à y retourner pour voir si je peux pas piger plus de trucs encore, mais j’attendrai qu’il… sorte en DVD bien sûr… Enfin bon, je te conseille d’y aller comme moi à une séance où il n’y a pas beaucoup de monde pour pouvoir bien en profiter sans nuisance !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.